Monthly Archives: January 2015

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 12

Face à ce royaume pourri, rongé de gangrène morale et physique, porteur éminemment commode pour la conscience métropolitaine de tous les péchés possibles, l’adversaire pur et dur, héroïque et vertueux, voit son combat quasiment sanctifié. Il n’est que de comparer le respectable et ascétique Oncle Ho avec « l’Empereur des boîtes de nuit et des casinos » Bao Dai pour ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 11

Toujours est-il que la pérégrination revendicatrice de Sihanouk a réveillé l’humeur de Bao Dai. Le souverain vietnamien, qui n’a cessé de faire aux autorités françaises la même sorte de griefs, mais avec moins d’éclat ostentatoire, emboîte maintenant le pas au Roi du Cambodge. Certes il n’a pas les moyens politiques d’une tournée internationale, ni d’une retraite sur un quelconque Aventin, ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 10

Quant au plan de l’équipement, il y a trop de matériels lourds, ina¬daptés au terrain, tels que les blindés de fort tonnage, les véhicules amphibies au rayon d’action trop court, l’artillerie difficile à tracter en jungle et en rizière. L’aide américaine, indispensable, n’apporte pas d’amélioration sur ce point, ses fournitures n’étant pas conçues pour le type très particulier d’affrontement qu’est ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 9

De fait, les divisions 304 et 325 poursuivent leur progression vers la Plaide des Jarres. Quelques-uns de leurs éléments attaquent à plusieurs reprises le verrou de Muong Khoua, où 300 hommes commandés par le capitaine Teulier vont résister un mois avant de succomber sous le nombre. Les postes de Muong Hoï et de Nam Bac tombent également, ouvrant la route ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 8

Cette option stratégique, qui a réussi à Na San, dans la mesure où elle s’inscrit dans une ligne générale vouée par la force des choses à la défen¬sive, est fortement contestée par les états-majors métropolitains. Le maré¬chal Juin le fait sentir lors de son passage à la fin février et au début mars 1953 : « Nous nous sommes enkystés, ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 7

Dès le lendemain, 29 novembre 1952, les mouvements s’amorcent autour des points d’appui et les premiers contacts se produisent. Giap ne dispose pourtant pas de toutes ses forces. Il n’a que treize bataillons, à peine trois de plus que les Français. Au surplus, son ravitaillement accuse un certain retard, dû à l’opération « Lorraine ». Affolés par les bombes à ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 6

Dès le 4 octobre 1952, en revanche, il donne l’alerte à toute la zone du Nord-Ouest et renforce Nghialo, objectif probable de l’offensive dans laquelle Giap engage trois des six divisions de son corps de bataille et la toute nouvelle division d’artillerie lourde 351. Le 11 octobre, ont lieu les premiers accrochages. Les 14 et 15 octobre, la poussée s’amplifie ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 5

Cette indécision est généralement perçue par l’opinion internationale comme une volonté impérialiste de ne pas lâcher une colonie où les inté¬rêts français demeurent importants,et de poursuivre une guerre, en partie aux frais des États-Unis, sous le couvert de concessions juridiques ne délivrant qu’une indépendance sur le papier. Le gouvernement français continue d’ailleurs de refuser avec obstination que l’aide américaine soit ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 4

Le nombre des élèves officiers et sous-officiers est ainsi inférieur aux espérances et aux prévisions dans les écoles créées au cours de l’année de Lattre. Pour combler les vides, il faut prélever déjà quatre cents cadres dans les unités du Corps expéditionnaire. Au surplus, le rapatriement des renforts provisoires, bien que reporté de juillet à la fin de l’année, prive ... Read More »

STRATÉGIE TOTALE ET GUERRE SALE 3

Sur le plan civil, rien en fait n’a remplacé depuis 1945 l’ancienne orga¬nisation coloniale. Le maître d’école fait trop souvent défaut, le médecin est plus rare, car il n’ose s’aventurer comme autrefois dans les cam¬pagnes, et le chef de district, pivot de l’administration, est trop soucieux de louvoyer entre l’autorité militaire française et l’ombre menaçante de l’autre parti, en somme ... Read More »