Monthly Archives: May 2015

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 18

Pourtant, cet assassinat sordide ne peut satisfaire ni les esprits, ni les consciences. Il n’a pas le caractère légal d’une exécution consécutive à une action de justice, comme ce sera le cas de Ngo Dinh Can, qui sera lui, jugé et fusillé. Il n’a même pas celui, certes barbare, mais libérateur et sacrificiel, d’une mise à mort publique opérée ou ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 17

Cabot-Lodge, qui l’ignore, rencontre Ngo Dinh Diem le 27 octobre, mais il ne peut rien tirer de ce dernier, si ce n’est un refus obstiné de prendre une quelconque mesure d’apaisement, démontrant ainsi l’inanité de la demi-pression économique. Il est toutefois informé par Conein de l’imminence du coup et en avertit Washington. La perplexité est alors à son comble dans ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 16

Kennedy prend alors, sans enthousiasme particulier, les mesures de pression économique recommandées par Mac Namara et Taylor. Elles ne devront toutefois pas être annoncées publiquement. Toujours peu sûr de ses options, le président américain prescrit également à Cabot-Lodge de n’encourager en aucune façon un putsch, et d’étudier en même temps une solution de rechange en établissant des contacts secrets avec ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 15

Alors que s’esquisse, à défaut d’autre solution, un retour au soutien plus ou moins conditionnel à Ngo Dinh Diem sans Ngo Dinh Nhu, un homme jette un pavé dans la mare : Paul Kattenburg, chef du groupe interministériel de travail pour le Vietnam, déclare que les États-Unis devraient tirer la conclusion logique de l’échec de leurs efforts avant qu’il ne ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 14

Tout cela n’est pas de nature à clarifier, ni à accorder les opinions contradictoires à Washington. A l’issue d’une réunion orageuse du Conseil national de Sécurité, le Département d’État envoie le 29 août des instructions quelque peu ambiguës à Cabot-Lodge. Après la recomman¬dation de s’informer davantage sur les détails du complot, il est précisé que les États-Unis ne peuvent soutenir ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 13

Par contre, le général Maxwell Taylor, chef de l’état-major combiné, n’aura connaissance des termes du télégramme qu’après son expédition. En en prenant connaissance, il fulmine contre les antidiémistes du Dépar¬tement d’État, les accusant d’avoir profité de l’absence des principaux responsables pour envoyer des instructions qui eussent été, selon lui, nor¬malement désapprouvées. Quant au Président Kennedy, son attitude semble avoir été ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 12

Les chefs de l’ARVN ont été les premières dupes de la manœuvre de Nhu qui, après leur avoir fait endosser la responsabilité de l’ordre sous couvert de la loi martiale, a ainsi chargé l’armée de celle de l’opération antibouddhiste, la police de combat ayant même revêtu des uniformes de parachutistes pour mieux en donner l’impression. Trompée également l’ambassade des États-Unis, ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 11

Cependant, un des problèmes majeurs pour ces aspirants au pouvoir, est de connaître la position des États-Unis sur le sujet, le soutien amé¬ricain étant indispensable à la survie économique du Sud-Vietnam et à sa défense contre les entreprises du FLN et de la RDVN. Tran Van Don entreprend donc de sonder discrètement les intentions de Washingon par le truchement d’une ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 10

Pour l’heure, les bouddhistes demandent l’égalité des droits avec les catholiques, des sanctions contre les responsables de la tuerie de Hué, un dédommagement pour les familles des victimes. Ngo Dinh Diem, dont l’habileté à se débarrasser de ses contestataires a fait ses preuves, n’est pas près de céder. Méprisant à l’égard de ce qu’il considère comme une faction parmi d’autres, ... Read More »

L’EXPÉRIENCE NGO DINH DIEM, SUITE ET FIN 9

En fait, l’une des faiblesses majeures du régime diémiste était de n’être ni une République libérale, ni une dictature populaire dont l’idéologie et la structure d’encadrement pouvait imposer sans dommage grave une législation restrictive. Il était certes doté de services de police actifs dans la répression et d’un parti fascisant, le Can Lao, mais ces organes de pouvoir n’avaient jamais ... Read More »